Friday, 13 July 2018

Les merveilleux effets du stage de shiatsu 2018 – Kenbiki et mobilisations passives, avec Stéphane VIEN.


Derniers moments en Bretagne, appuyé contre un arbre près d’une tombe mégalithique, pour vous parler du stage de vacances de cette année.

C’est le troisième stage que je fais avec Stéphane Vien Espace Shiatsu  – avec un plaisir sans cesse renouvelé, et augmenté. Ce stage 2018 fut extraordinaire, sous de nombreux aspects.


D’abord, il faut souligner que Stéphane Vien est un enseignant exceptionnel.  Nous nous sommes trouvés jadis au hasard de publications sur Internet, puis rencontrés, et le courant passa immédiatement. Il enseigne de belles techniques, créatives et à l’écoute, utilisables immédiatement, et transmet sa  grande expérience, avec tellement d’humour et de simplicité. 

No nonsense, restons détendus nous-mêmes. Ce serait un comble que de se crisper autour d’une croyance, d’une technique, d’une pratique, d’une vision. On quitte le stage, et on a envie d’appliquer, de tester, d’expérimenter ces nouvelles choses qui améliorent notre façon de travailler. Mais en plus, Stéphane Vien évoque à chaque fois le « isshin denshin », expression japonaise qui veut dire « de mon cœur à ton cœur ». Il l’évoque, et il le fait. C’est là la véritable transmission, au-delà des mots. Le cœur du Maître est un trésor, et ce trésor rayonne, inépuisable, pour qui sait le ressentir. Passé ce stage, je me sens grandi, plus loin sur le chemin.


Merci à Stéphane Vien et à ses deux assistantes, Martha et Laura, qui n’ont pas ménagé leur peine pour que chacun retire le maximum du temps passé à apprendre et à échanger.

Un art comme le Shiatsu comporte des aspects exigeants. Répéter les gestes, par 35 degrés dehors, à genoux pendant 8 heures par jour dans un hall des sports m’a bien fait  transpirer.  Le shiatsu, c’est très physique. Mais voilà , c’est une façon de repousser les limites, de travailler l’endurance, de rester disponible jusqu’au bout pour les personnes qui passent sous nos mains. Comment rester frais et dispos pour ceux qui viennent en fin de journée ? C’est aussi un apprentissage. Le lendemain matin, le lever se fait d’un bond, avant le réveil. Donner de sa personne rend fort et agile.

Il faut dire un mot du lieu. Bretagne, terre magique, comme l’écrit une belle amie à propos de ce stage. Merci à Vonnick Le Berre, parce que c’est sur ses terres qu’elle a eu la bonne idée de nous inviter. Et parce que ces terres-là nous régénèrent et innervent le shiatsu par leur vitalité…
c’est vrai ! Les bains de mer revigorants, les forêts profondes, les sites mégalithiques, le soleil généreux (et, inutile de le cacher, les excellentes bières locales) viennent revitaliser, détendre, ancrer. Ici, on est en contact avec le Ciel et la Terre, l’énergie des saisons, les Celtes et leur monde magique, la mélodie perceptible dans le souffle du vent… Tout ce que vous m’entendez dire pendant l’année quand nous parlons de ressourcement et de vie autre, tout cela est en Bretagne. Et donc merci à l’organisatrice

Cette année, il y eut une alchimie extraordinaire avec certains participants. Je dis alchimie, car je parle bien de transmutation, c’est-à-dire un changement d’état intérieur. Impossible de travailler avec tout le monde (nous étions 130 !), mais celles et ceux avec qui un échange fut possible, sur le tapis ou à la troisième mi-temps, me laissent un souvenir impérissable. Merci à Lili Ma, Stella Spit, Hervé Guillemot, Okeanos Neptune, David Millerot, Damien Benis, Morgane Caugant, Sakura Dojo, Valérie Mayeux, Olivier Vaillant, Gérard Guérin, Sonia Gourdel… Et j’en oublie, je m’excuse. 

Toutes personnes que, sans hésiter, en mon absence ou pendant vos vacances, je vous recommanderais avec joie, tant s’abandonner à leurs mains constitue une belle expérience.

Le toucher est communication, nous a dit Stéphane Vien au tout début du stage. Se laisser toucher ouvre le cœur, libère les émotions, fait sentir comme il est bon de vivre, et avec quelle intensité joyeuse ! J’ai trouvé, cette fois, des amies de cœur, car j’ai pu me laisser toucher. Une main se pose sur vous, et vous savez.

Il y a tout cela dans le shiatsu. Et tout cela, je ne le garde pas pour moi, je l’écris, je le dis, je le répéterai et surtout, vous pourrez le sentir, quand vous viendrez, à votre tour, prendre soin de vous.



No comments:

Post a comment